Skip to Content | Skip to Footer
 

Les déclencheurs de l’asthme

English

 

 

Chaque personne a ses propres déclencheurs d’asthme. Il est important d’essayer de déterminer vos déclencheurs afin de pouvoir travailler à les éliminer ou les réduire. Cliquez sur la liste des déclencheurs communs de l’asthme ci-dessous pour obtenir plus d’information.

 

L’asthme et les allergènes


Les allergènes affectent seulement des personnes qui leur sont «sensibilisées», ce qui veut dire que leur système immunitaire (le système de défense du corps) est «prédisposé» et prêt à réagir à l’allergène. Pour déterminer quels allergènes vous affectent, votre docteur examinera vos symptômes et vous enverra passer un test d’allergie cutané. Les allergènes communs incluent :

  • les allergènes aux animaux de compagnie (ex. : chats, chiens, hamsters, oiseaux)
  • les acariens de poussière
  • le pollen
  • les moisissures
  • les aliments et les additifs alimentaires

L’asthme et les allergènes aux animaux de compagnie : Les animaux de compagnie perdent de minuscules morceaux de peau (squame). Les chats et les chiens sont habituellement les principaux coupables, mais plusieurs animaux peuvent causer des allergies. D’autres allergènes des animaux de compagnie incluent la salive de chat et l’urine de hamster et de gerbille.

 

Si une personne est allergique à un animal de compagnie, la meilleure mesure est certainement de trouver un autre foyer pour l’animal. Si ce n’est pas possible, il y a des façons dont vous pouvez essayer de réduire votre exposition :

  • Gardez l’animal de compagnie à l’extérieur de la chambre à coucher, limitez-le à certaines parties de la maison et gardez-le loin des meubles.
  • Faites fréquemment laver et brosser votre animal de compagnie – par quelqu’un d’autre.
  • Un autre membre de la famille devrait nourrir et prendre soin de l’animal. N’oubliez pas que la squame animale (les pellicules) se collera aux vêtements de cette personne.
  • Recouvrez les matelas et les oreillers avec des housses anti-allergiques.
  • Réduisez le nombre de tapis et achetez des meubles recouverts de cuir ou de vinyle.
  • Ne remplacez pas l’animal de compagnie quand il meurt.

Si vous n’avez pas d’animal de compagnie, mais que vous avez l’intention de visiter quelqu’un qui en possède un, vous devriez peut-être utiliser des médicaments pour prévenir ou alléger les symptômes de l’asthme et les allergies telles que le larmoiement, l’écoulement nasal, et les éternuements. Quand vous allez lui rendre visite, vous devriez demander que l’animal de compagnie soit gardé à l’extérieur de la pièce dans laquelle vous êtes. Cependant, si vous êtes très sensibles aux allergènes des animaux de compagnie, vous devriez probablement ne pas aller là où se trouvent des animaux de compagnie.

Si vous avez un animal de compagnie, mais que vous ne connaissez pas le degré de sévérité de votre asthme, posez-vous cette question : lorsque vous quittez la maison pour aller en voyage sans votre animal de compagnie, votre asthme s’améliore-t-il?

L’asthme et les acariens de poussière : Les acariens de poussière sont de minuscules insectes qui s’alimentent des particules de peau que perdent les êtres humains. Ils prolifient dans les endroits chauds et humides contenant beaucoup de peau humaine : matelas, oreillers, tapis, et literie. Les personnes allergiques à la poussière le sont aussi aux excréments d’acariens. Pour éliminer ces excréments allergènes, vous devez vous débarrasser des excréments actuels et éliminer les acariens pour qu’ils ne produisent plus d’excréments.

 

Les étapes suivantes peuvent aider :

  • Recouvrez votre matelas et vos oreillers avec des housses spéciales anti-allergiques, ou bien avec des housses en plastique ou en vinyle. Scellez la fermeture éclair avec du ruban adhésif.
  • Gardez le taux d’humidité de votre maison à moins de 50 %; les acariens ne survivent pas bien dans les endroits avec peu d’humidité.
  • Si possible, retirez les moquettes, les tapis et les rideaux lourds, surtout de votre chambre à coucher, mais aussi du reste de la maison.
  • Gardez votre chambre à coucher bien ordonnée; les livres, les boîtes, et les vêtements qui traînent peuvent s’empoussiérer.
  • Minimisez le nombre de jouets en peluche dans la chambre à coucher, car ils peuvent accumuler la poussière, et assurez-vous qu’ils sont lavables.
  • Passez l’aspirateur sur les tapis et les moquettes au moins une fois par semaine.
  • Lavez votre literie à l’eau chaude et séchez-la dans la sécheuse à air chaud une fois par semaine.
  • Époussetez une fois par semaine à l’aide d’un chiffon humide. 

L’asthme et le pollen : Le grain de pollen transporte la partie de reproduction mâle d’une plante vers la partie femelle afin de produire une nouvelle plante. Les plantes anémogames sont celles qui causent le plus d’inquiétudes aux personnes allergiques, car elles sont transportées par le vent et elles sont donc facilement inhalées dans le nez et les poumons.

Les saisons typiques du pollen sont :

  • Le pollen des arbres au printemps.
  • Le pollen de l’herbe au début de l’été.
  • L’herbe à poux de la mi-août jusqu’au premier gel.

Que pouvez-vous faire?  

  • Gardez vos fenêtres fermées dans votre maison et votre voiture (utilisez un climatiseur au besoin).
  • Certaines personnes devraient éviter d’aller à l’extérieur quand les niveaux de pollen sont élevés – vérifiez les rapports sur le pollen dans l’Internet ou à la télévision.
  • Vérifiez les densités polliniques de votre région pour savoir quand le pollen auquel vous êtes allergique est à un niveau élevé.
  • Les personnes allergiques ne devraient pas tondre le gazon. Si vous êtes sorti durant une période de densité pollinique élevée :
    • changez vos vêtements lorsque vous rentrez.
    • prenez une douche pour nettoyer le pollen présent sur votre peau et vos cheveux.

 

L’asthme et les moisissures : Les moisissures peuvent croître à l’intérieur de la maison pendant toute l’année, dans les sous-sols humides et les salles de toilette, et à l’extérieur, du printemps à l’automne. Les moisissures ne peuvent pas survivre sans humidité

Ce que vous pouvez faire : 

  • Gardez le niveau d’humidité dans votre maison à moins de 50 %
  • Les moisissures n’aiment pas la circulation d’air, donc gardez votre sous-sol bien rangé pour que l’air puisse circuler.
  • Utilisez toujours le ventilateur dans la salle de toilette ou ouvrez les fenêtres après avoir pris un bain ou une douche.
  • Utilisez un déshumidificateur dans votre sous-sol s’il est humide.
  • Obtenez des conseils utiles sur la façon de contrôler l’humidité dans la maison en visitant :

 http://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/co/enlo/vosavoma/humo/index.cfm

L’asthme et les aliments et additifs alimentaires : Bien qu’il soit rare, l’asthme peut être provoqué par des réactions allergiques généralisées aux aliments. Si vous êtes allergique à un aliment, habituellement, vous le savez peu de temps après l’avoir consommé. L’avantage est que vous pouvez identifier l’allergie alimentaire immédiatement, surtout si vous avez déjà eu une réaction semblable auparavant.

 

Les aliments qui causent des symptômes d’asthme chez certaines personnes (d’habitude chez les jeunes enfants) incluent :

  • les noix et les arachides
  • le lait
  • les crustacés et les poissons
  • les œufs
  • le soja
  • le blé
  • les additifs alimentaires tels que les sulfites (agent de conservation alimentaire)

Dès que vous avez eu une réaction allergique à un aliment, le meilleur traitement est la prévention : ne mangez pas cet aliment! C’est parfois difficile si vous consommez des aliments préparés et ne savez pas ce qu’ils contiennent. Des réactions peuvent même se produire avec des portions minuscules. Des réactions semblables peuvent aussi se produire après avoir mangé ou bu des aliments contenant des additifs ou des agents de conservation tels que les sulfites qui se trouvent dans la bière, le vin, les fruits secs, les fruits de mer surgelés et, parfois, les buffets à salades. Le traitement pour ces réactions est le même que pour une véritable réaction allergique.

 

L’asthme et les irritants  

 
Les irritants communs de l’asthme incluent :

  • la fumée du tabac
  • la pollution atmosphérique
  • l’air froid
  • les parfums et les fortes odeurs

L’asthme et la fumée du tabac : La fumée du tabac reste pendant longtemps après que la cigarette soit éteinte, et la fumée qui reste peut aggraver l’asthme. La fumée pénètre les vêtements et les cheveux, les matériaux, les meubles, les murs, les jouets en peluche. La fumée ne peut pas être évacuée d’une pièce tout simplement en ouvrant une fenêtre ou en fumant près d’un ventilateur. La fumée emprisonnée dans tous ces endroits continue à aggraver l’asthme, même après que la cigarette soit éteinte.

  • Ne fumez pas. Si vous fumez, essayez d’arrêter. Appelez la ligne de Téléassistance pour fumeurs de la Société canadienne du cancer au 1-877-513-5333.
  • Évitez la fumée secondaire indirecte : faites en sorte que votre maison et votre voiture soient sans fumée et évitez les endroits qui permettent le tabagisme. 

L’asthme et la pollution atmosphérique : La pollution atmosphérique à l’extérieur provient de plusieurs sources, y compris les voitures et les industries. Les niveaux de pollution les plus élevés ont tendance à avoir lieu les jours chauds et humides de l’été. Les personnes sensibles peuvent ressentir des effets sur leur santé avant la plupart des gens, et avant qu’un avis de smog ne soit émis.

L’Association Pulmonaire conseille ce qui suit :

  • Réduisez les activités de plein air et gardez les fenêtres de votre voiture et de votre maison fermées quand les niveaux de pollution sont élevés.
  • Restez à l’intérieur dans un environnement frais et propre lors des périodes de pollution atmosphérique élevée.
  • Suivez L’indice de la qualité de l’air de votre région : www.airqualityontario.com
  • Si vous éprouvez de la difficulté à respirer, appelez votre médecin, fournisseur de soins de santé, ou rendez-vous à l’urgence de l’hôpital le plus près. 

L’asthme et l’air froid : L’air froid, surtout l’air froid et sec, peut causer les symptômes d’asthme chez certaines personnes. Faire des exercices dans de l’air froid peut aussi engendrer des symptômes. Contrôlez bien votre asthme pour que les déclencheurs tels que l’air soient moins susceptibles de vous déranger. Les conseils suivants peuvent vous aider :

  • Drapez un foulard de manière lâche sur votre nez et votre bouche pour réchauffer et humidifier l’air avant de le respirer. Vous pourriez aussi acheter un masque conçu pour la température froide.
  • Respirez par le nez. Votre nez peut réchauffer et humidifier l’air.
  • Si votre médecin le recommande, prenez une bouffée de votre bleu inhalateur de soulagement (bronchodilatateur à action rapide) avant d’aller dehors.
  • S’il fait vraiment froid dehors, vous voudrez peut-être faire vos exercices à l’intérieur.
  • Gardez votre inhalateur de soulagement avec vous en tout temps. 

L’asthme et les parfums et odeurs fortes : Certaines personnes éprouvent des symptômes d’asthme causés par des produits qui ont des parfums ou des odeurs fortes. Des exemples incluent :

  • les produits de nettoyage, y compris les produits pour le nettoyage des tapis et les nettoies-vitres
  • les vapeurs de peinture
  • les parfums
  • les produits assouplissants
  • les assainisseurs d’air 
  • les détergents 
  • le javel 
  • les liquides de nettoyage à sec 
  • l’essence de térébenthine ou les diluants pour peintures 
  • les décapeurs de peinture
  • les pesticides

Selon ce qui aggrave votre asthme, les étapes suivantes peuvent vous aider :

  • Utilisez des produits sans odeur et à faible odeur quand cela est possible.
  • Peinturez à l’intérieur à un moment où vous pouvez laisser les fenêtres ouvertes ou quand la personne asthmatique n’est pas là
  • Aérez vos vêtements nettoyés à sec avant de les entrer dans la maison
  • N’utilisez pas d’assainisseurs d’air, de produits assouplissants parfumés ni de détergents parfumés
  • Respectez les politiques d’un environnement sans odeur à votre lieu de travail, à l’école, à l’hôpital, etc.; bien que les effets des parfums sur l’asthme varient (plusieurs personnes ne sont pas dérangées par les parfums), ils peuvent affecter certaines personnes.


L’asthme et les infections virales 


Les infections virales telles que le rhume ou la grippe sont une cause commune des symptômes de l’asthme, surtout chez les enfants.

Voici certaines façons d’aider à prévenir les infections virales :

  • Faites-vous vacciner contre la grippe chaque année.
  • Lavez-vous les mains régulièrement, particulièrement après avoir été dans un endroit public.
  • Évitez de toucher votre nez, vos yeux ou votre bouche quand vous êtes dans un endroit public.
  • Si possible, évitez les personnes qui ont le rhume ou la grippe.
  • Contrôlez toujours votre asthme afin que, si vous attrapez le rhume ou la grippe, vos symptômes de l’asthme soient moins susceptibles d’être aggravés.
  • Suivez un régime alimentaire équilibré sain et faites des exercices régulièrement (chaque jour si possible)

Si vous contractez une infection virale, portez attention à vos symptômes. Si vos symptômes s’aggravent, suivez les directives de votre plan d’action contre l’asthme. Il est possible que votre plan d’action contre l’asthme vous indique de prendre davantage de médicament pour maîtriser l’asthme jusqu’à ce que vos symptômes soient à nouveau sous contrôle.

 

Cliquez ici pour télécharger ou commander votre plan d’action contre l’asthme 

 

L’asthme et les médicaments déclencheurs 

 

Assurez-vous que vos fournisseurs de soins de santé soient au courant de tous les médicaments que vous prenez, même les médicaments sans ordonnance et les médicaments à base de plantes.

Les médicaments qui peuvent causer des symptômes d’asthme chez certaines personnes incluent :

  • L’Aspirine (tout médicament contenant de l’AAS) qui se trouve dans les analgésiques, les médicaments contre le rhume et les médicaments pour l’arthrite
  • Les béta-bloquants (pour l’hypertension artérielle, l’angine, le glaucome)
  • Les inhibiteurs ECA (pour l’hypertension artérielle, les maladies du cœur)

Si vous savez que vous réagissez à un médicament, voici des façons de vous protéger :

  • Si vous réagissez à un médicament, dites-le immédiatement à votre médecin ou pharmacien.
  • Évitez complètement ce médicament.
  • Demandez à votre médecin ou pharmacien s’il y a d’autres options de médicaments qui sont moins susceptibles d’affecter votre asthme.
  • Utilisez un acétaminophène (ex. : Tylenol) pour soulager votre douleur.
  • Vérifiez toujours les étiquettes sur les médicaments.
  • Achetez un bracelet, un collier ou une carte MedicAlert pour avertir les autres dans le cas où vous avez une allergie dangereuse.


L’asthme et les exercices 

 

Saviez-vous que plusieurs athlètes importants du Canada sont asthmatiques et qu’ils peuvent réussir à participer à une compétition dans le sport qu’ils pratiquent? Si vous maîtrisez votre asthme, vous devriez être capable de faire des exercices comme tout le monde.

Les exercices peuvent causer des symptômes d’asthme, mais si vous suivez ces étapes, l’asthme ne devrait pas vous empêcher de faire des exercices :

  • Maîtrisez votre asthme.
  • Faites des exercices de réchauffement avant de faire vos exercices et faites des exercices de récupération après avoir fini vos exercices.
  • Si un inhalateur de soulagement vous a été prescrit, prenez-le 5 à 10 minutes avant de faire des exercices.
  • Couvrez votre nez et bouche avec un foulard quand vous faites des exercices à l’extérieur par temps froid.
  • Faites vos exercices à l’intérieur si la pollution atmosphérique, le pollen ou l’air froid de l’hiver aggravent votre asthme quand vous faites des exercices.

Si des symptômes tels que la toux ou une respiration sifflante se présentent quand vous faites des exercices, votre asthme n’est probablement pas maîtrisé. Discutez avec votre fournisseur en soins de santé pour en apprendre davantage sur les façons de mener une vie active et saine avec l’asthme.

Ne commencez pas à faire des exercices si vous éprouvez des symptômes d’asthme. Si vous commencez à éprouver vos symptômes d’asthme lors de l’exercice, arrêtez immédiatement et prenez votre inhalateur de soulagement. Recommencez seulement si vos symptômes sont complètement disparus. Assurez-vous d’avoir votre inhalateur de soulagement avec vous en tout temps.

Si l’asthme limite votre capacité de faire des sports ou des exercices, il se peut qu’un simple changement de votre dose de médicaments soit nécessaire, ou bien votre médecin peut vous prescrire un médicament supplémentaire.

L’asthme et les sports 

 

La plupart des asthmatiques devraient être aussi capables que les autres personnes de pratiquer tous les sports et faire tous les exercices.

À l’exception peut-être de LA PLONGÉE AUTONOME. La plongée autonome est souvent déconseillée pour les asthmatiques et dans certains pays, elle est même interdite aux asthmatiques. Si vous êtes asthmatique et que vous faites de la plongée, les voies respiratoires dans vos poumons peuvent se fermer si vous avez une crise d’asthme quand vous êtes en profondeur dans l’eau. Ensuite, si la pression dans vos poumons n’est pas en mesure de se rétablir quand vous revenez à la surface, cela peut être très dangereux. Demandez à votre médecin qu’il vous donne des conseils avant d’essayer la plongée autonome.

Bien que ceci ne devrait généralement pas vous arrêter de les pratiquer, ces sports ont tendance à être plus difficiles pour les poumons, car ils requièrent un effort soutenu :

  • le soccer
  • le hockey
  • le basket-ball
  • la crosse
  • les triathlons
  • la course de fond
  • le cyclisme de longue distance

Ces sports ont des pauses intégrées, alors ils peuvent être plus faciles à pratiquer (du moins à un niveau récréatif) si vous êtes atteint d’un asthme sévère ou si votre asthme n’est pas complètement maîtrisé :

  • le badminton
  • le volley-ball
  • le tennis (surtout le tennis en double)
  • le baseball

Les sports d’hiver tels que le hockey, le ski de fond et le patinage artistique sont pratiqués à l’air froid, qui peut être un déclencheur.

Avec les sports intérieurs tels que le badminton et le volley-ball, l’air est chaud et il y a moins d’expositions aux pollens extérieurs, à la moisissure et à la pollution atmosphérique.

La natation est un excellent exercice que vous pouvez faire pendant toute l’année. Bien que les produits chimiques dans les piscines puissent déranger certains asthmatiques et que les piscines peuvent avoir de la moisissure, si vous contrôlez bien votre asthme, ils sont beaucoup moins susceptibles de vous déranger. Plusieurs athlètes olympiques qui nagent, comme Sharon Donnelly, triathlonienne, sont asthmatiques et ils réussissent très bien.

Un fait super : Les athlètes olympiques qui sont asthmatiques gagnent autant de médailles que ceux qui ne sont pas asthmatiques. Plus de 20 % des athlètes états-uniens aux Jeux olympiques de Nagano en 1998 étaient asthmatiques.

L’asthme et le hockey

Il y a de courtes pauses au hockey lorsque vous êtes sur le banc, mais quand vous êtes sur la glace, vous vous dépensez continuellement en respirant de l’air froid. Assurez-vous de bien contrôler votre asthme, tout comme Gary Roberts de la LNH et les nombreux autres joueurs de la LNH qui sont asthmatiques.